Search

Comment je me sens après 1 an de Covid

Updated: May 5

Aujourd'hui, ce ne sera pas un article sur de l'administration ou encore sur de la détente en déblatérant mes habituelles inepties. Non, aujourd'hui je vais vous parler d'à quel point la crise du Covid-19 m'affecte personnellement.


Une lassitude


Mentalement ces derniers temps, si je devais m'analyser, je pense que je suis comme lors d'un début de dépression. Les jours se ressemblent, et pour juste me lever c'est de plus en plus compliqué. En même temps, quand tu dois juste atteindre le bureau de la salle à manger pour aller travailler, ce n'est pas très motivant. Les jours se ressemblent avec boulot, sport, dodo... en attendant la plupart du temps le week end pour organiser des choses à faire en plein air. Ah oui ! Pourquoi pas les événements en ligne me dites-vous ? Allez soyons honnêtes... les rendez-vous sur Zoom c'était marrant quelques mois... Quand tu coupes ton ordi et que tu es seul chez toi avec quelques verres dans le nez, ça devient vite lassant.




Le manque d'interaction sociale boulot


Tout d'abord, la première chose dont j'ai été touché est le manque d'interaction sociale. Si j'ai eu la chance de conserver mon job comparé à beaucoup d'autres, cela fait un an que je travaille de chez moi sur mon ordinateur. Les réunions sont peu nombreuses et réduisent considérablement le côté social que l'on rencontre normalement dans une entreprise. Je me sens souvent un peu seul face à mon ordinateur. Purée ! Je ne sais pas vous, mais maintenant, je suis devenu une vraie tanche en anglais à cause de ça. Mais également suite à la restriction d'événements : le fait de rencontrer de nouvelles personnes me manque énormément. La situation voulant que l'on garde une bulle social restreinte, je rencontre très rarement de nouvelles personnes et on a presque peur de proposer des randonnées sur les groupes Facebook (même s'il y a un respect des distances) de peur d'être jugé.





Être célibataire


C'est vrai que c'est un point qui n'est pas souvent abordé. Mais comme certaines personnes je suis célibataire, et le Covid n'a certainement pas arrangé les choses voir les a accentuées. En règle générale il faut rencontrer des nouvelles personnes ou encore élargir son cercle de connaissances (ce qui est compliqué aujourd'hui). Le virus pouvant être présent un peu partout, des fois on n'ose pas proposer de se voir, et des fois on propose mais on reçoit la réponse d'attendre qu'une crise qui dure soit terminée. On a l'impression d'être face à un mur. Le souci c'est que le Covid a accentué l'effet de "rencontre" en ligne et renforcé l'utilisation des applications de rencontres. Alors oui on se rencontre virtuellement bien souvent, mais moi... j'ai vraiment du mal et cela n'a rien de comparable à du face à face où l'on peut plus facilement ressentir la personne avec qui l'on communique. Et puis... j'observe autour de moi, que la frustration des célibataires augmente au fur et à mesure, penchant la balance du mauvais côté pour l'équilibre mental.


La restriction des voyages


C'est d'ailleurs assez drôle pour quelqu'un qui aime voyager et dont le nom du site en fait grandement partie, de ne pas voyager. Mais bon je ne savais pas que j'allais créer mon site quelques mois avant une pandémie mondiale. Mais même si on est très limité dessus, cela m'a permis quand même de découvrir plus l'Ontario.





Le manque de la famille


Qui dit restriction de voyage, dit restriction pour voir sa famille. Alors oui me dites vous, c'était possible de rentrer à tout moment. Mais avec un temps limité de vacances, et la quarantaine à réaliser, ou encore le racket du gouvernement pour les hôtels de confinement... autant de bâtons dans les roues à prendre en compte. J'aimerais revoir mes parents, mais aussi ma sœur et mes cousins avec lesquels je me sens très proche.



Un gouvernement qui me fait culpabiliser


Alors OK il faut faire attention et tout... mais quand on a un gouvernement qui fait girouette au niveau de ses décisions, on court à la catastrophe. Ouvrir les magasins et terrasses pour tout refermer dans la semaine qui suit. Ou encore, promettre des choses qui ne sont pas tenues dans les jours qui suivent, je comprends la lassitude de plus d'un. Quand à Noël, je décide de ne pas partir de cause des voyages pour qu'au dernier moment le gouvernement décide que les gens ne fêtent pas Noël. Je me sens trahi d'avoir trop respecté les règles et du coup on décide quand même de voir des personnes de sa bulle sociale proche pour sa propre santé mentale.





Le problème des visas


Alors là, je pense que je vais parler pour beaucoup de monde. Mon visa se termine en septembre donc j'ai encore du temps de me faire valider ma Résidence Permanente. Mais beaucoup sont dans une situation de visa précaire. Beaucoup sont arrivés en PVT pendant la crise, et ne peuvent tout simplement pas postuler à Entrée Expresse pour l'expérience canadienne quand le marché du travail est saboté par le Covid. A cause de cela, j'ai vu beaucoup d'expatriés repartir dans leur pays arrivant à court de visas et en même temps d'argent pour certains. Cela fait beaucoup d'au revoir qui parfois déchirent le cœur, surtout quand ce départ n'est pas voulu.... et quand je vois le gouvernement qui continue à accepter des gens pour faire des visas pour donner de beaux chiffres aux médias mais qui ne bouge pas pour traiter les dossiers, ça me révolte.


Mais j'ai foi que cette situation arrivera à une fin. J'espère que les gouvernements en apprendront de leur ingérence et que les gens continueront à se laver les mains en sortant des toilettes même si ce n'est pas en temps de covid.


Et toi, comment tu te sens ?


Suis-moi sur Instagram pour connaître mon quotidien en cliquant ici.

Inscris-toi à ma newsletter pour être au courant de toutes les dernières

nouveautés en remplissant le petit formulaire tout en bas de la page







82 views2 comments

Recent Posts

See All